100%$Toulousains$ Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Répondre au sujet Page 1 sur 1
le patoi toulousain
Auteur Message
Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
chaque departement a son propre patoi chez nous a tououse c est comme ca


- Le parler toulousain ? Le patois vous voulez dire mon bon Monsieur !
    - Macarèl ! Le patois ?! Tè ! Mais c'est dans un langage de colonialiste que vous me traitez là !
    - Comme vous y allez !
    - Parfaitement. C'est un terme inventé par les genss' du Nord pour désigner tout ce qui n'est pas de la langue française, une soupe incolore, pour ratiboiser tout ce qui dépasse, lessiver les couleurs, dénaturer les odeurs de nos langues provençales, occitanes, corses, bretonnes et j'en passe.
    - J'ai l'impression que vous me faites là, justement, du régionalisme primaire.
    - Mais pas du tout, milodious ! Ce sont nos différences qui nous enrichissent. Prenez par exemple la Savoie. C'est une terre chargée d'histoire et de traditions, avec sa culture propre. On a beaucoup à apprendre d'elle. C'est une identité à part avec sa langue et son assent'. Hé bien ! Avez-vous déjà entendu parler savoyard à la télévision nationale ? Non, bien sûr ! Peut-être à cause de l'assent' qui n'est pas standard. Et alors ! Pourquoi l'assent' auvergnat serait-il moins bien que celui de l'Ile-de-France ? Ici, dans le Languedoc, l'assent' peut être chantant, rrrocailleux', traînant. Il est tout en nuances suivant les lieux, que l'on soit en plaine ou en montagne.
    - Mais, si je ne m'abuse, le patois..., pardon, le parler toulousain n'est pas du languedocien.
    - C'est plus compliqué que ça. A Toulouse, le languedocien se parle à l'est de la ville et le gascon à l'ouest, du côté de Saint-Cyprien. Toulouse, paceque' c'est une grande métropole, a intégré tous les courants linguistiques, ceux des envahisseurs du Nord, comme les Visigoths, ou ceux du sud comme les Espagnols, conséquence des grands courants migratoires ; ajouté à cela les adaptations locales du français en occitan et les traductions occitanes en français.
    - Cela n'en dénature pas la pureté ?
    - La pureté d'une langue ? Qu'es acò ? La richesse d'une langue est sa faculté d'adaptation et d'accroissement sur ses anciennes racines. Qui plus est, c'est le reflet de l'âme de tout un peuple en évolution. Si la langue a disparu, c'est que le peuple aussi. C'est ce qu'on appelle dans les classes des collèges une langue morte.
 
    Hélas, la jeunesse d'aujourd'hui ne semble pas avoir repris le flambeau linguistique tout occupée à zapper sur les chaînes multiples de la culture interplanétaire. Romi Boissères, quand il était en poste à l'étranger, s'attirait souvent, de la part de ses collègues, une réaction d'étonnement lorsqu'il employait des expressions ou des mots typiquement toulousains. C'est de ce langage dont j'ai voulu traiter ici, non pas d'une façon tout exhaustive, mais seulement pour me rappeler de ce qui fut notre enfance dans le quartier des Minimes-Saint-Roch. 
Daniel Maleville. 
 
    Vivre à Toulouse, pour un « estranger » à la ville, peut être périlleux dans la vie de tous les jours. Ainsi s'il veut commander, à la terrasse de Mon Caf', un « petit pain au chocolat », le garçon lui fera répéter sa commande s'il ne précise pas que c'est une « chocolatine » dont il a envi. De même, le charcutier lui répondra qu'il n'a pas de « ventrèche » mais qu'il peut lui proposer de la « cansalade » à la place. Ce qui revient au même. Et s'il demande depuis quand le Pont-Neuf enjambe la Garonne, il fera, à la réponse, des efforts de mémoire pour se souvenir de ce « roi Cézet », dont il n'a jamais entendu parler,  et qui en aurait vu la construction. S'il demande l'heure à quelqu'un qui n'a pas de montre, il se verra répondre qu'« abistodénas » il est midi (à vue de nez). D'ailleurs, pourquoi aurait-on une montre à Toulouse ? Il y a, de toute façon, dans les rendez-vous une marge que l'on appelle le quart d'heure toulousain. 
    Il aura aussi quelques difficultés de compréhension lorsqu'on l'invitera à passer à « taple » plutôt que de « bader » (bailler aux corneilles) par le « finestrou » (la fenêtre), se demandera ce que la maîtresse de maison veut dire lorsqu'elle parle de « fromage de table » et perdra tout repère lorsqu'elle « s'enganoussera » parce que son « gafet » s'est « atchoulé » dans la boue en se « castagnant » avec des copains et qu'en « rouméguant » elle promettra de lui filer une « rouste » parce que ça fait un moment qu'il « l'inquiète » et le menacera de l'enfermer à la cave avec les « tataragnes ». (lorsqu'elle va s'étouffer de colère parce que son petit dernier est tombé dans la boue en se bagarrant avec des copains et qu'en râlant elle lui promettra une correction parce que cela fait longtemps qu'elle a de la colère à son encontre et le menacera de l'enfermer à la cave avec les araignées). Elle aurait pu tout aussi bien dire que son « pitchoun » s'est « espataré » dans la « cagade ».  
    A l'invite de passer à « taple », certains iront se laver les mains qu'ils trouvent « pégueuses » (poisseuses), les autres convives répondront poliment « avé plaisir » et complimenteront leur hôtesse sur le « graillou » et la grosseur du lapin qui ressemble à un « cat », la féliciteront, aussi, de ne pas avoir « plaint sa peine » pour le travail que cela lui a procuré. Elle répondra certainement : « Taisez-vous, mon mari est si longagne que j'ai bien cru qu'on ne serait pas prêt ». Le graillou n'étant pas forcément un repas gras, le « cat » n'étant pas le mot anglais pour désigner un chat, « plaindre sa peine » étant avoir du courage. Et si l'invité « estranger » se taira à l'injonction « Taisez-vous », les autres comprendront « Pensez-vous, mon mari est si long à la détente ». 
    Ainsi, les mots peuvent être trompeurs et si on parle de « galetas », ce n'est pas un  - logement dans le comble d'un bâtiment, lambrissé et éclairé par des châssis à tabatière - mais tout simplement le grenier. On peut donner une « étrenne » au garçon de café sans pour cela attendre le premier de l'an, mettre un « couvert » sur une casserole sans penser à une fourchette et « rafraîchir » le linge pour ce qui est de le rincer. A Toulouse, on « déjeune » le matin on « dîne » à midi et on « soupe » le soir, ce qui pour les rendez-vous peut poser un problème à notre « estranger » qui a de fortes chances de ne pas comprendre qu'on lui dit bonjour par : « Adieu, touchons-nous la main » ou « Adissiatz », « Adiou » et « Salut » pour bonjour et au revoir. Et si on lui parle du dernier match de football du « Téféçé », il devra comprendre qu'il s'agit du « Té èfe çé » (T.F.C), le Toulouse Football Club. 
    L'injure faisant partie de tous les langages, il est un terme, à Toulouse, qui s'emploie de manières et de différentes façons et que l'explication des choses m'oblige à écrire, il s'agit du mot « con ». 
    « A Toulouse, on se traite de con à peine qu'on se traite... » nous dit Claude Nougaro. Il est vrai qu'une oreille sensible, extérieure à la ville, aura du mal à se faire à ce mot qui ponctue, telle une virgule, toute phrase qui se veut bien construite. Mais la dénature des choses a fait oublier aux toulousains le véritable sens de ce qui peut paraître une abomination grammaticale. C'est sans malice et sans penser à mal que « con » est employé telle une bannière dans les conversations.    « Bouducon ! » n'a pas le sens que l'on pourrait comprendre passé Cahors ainsi que « Héo, con ! » qui ne traduisent qu'un grand étonnement avec prise du ciel à témoin. Mais par la transmutation de l'image et du symbole, l'injure reprend son sens dans la prononciation du mot accolé à un qualificatif. Ainsi, un toulousain ne traitera jamais un congénère de « sale con », injure nordique,  mais plutôt de « pauvre con ». Souvenance paysanne où l'or était plus important que l'apparence. Un toulousain pourra en interpeller un autre par « Eh, con ! » sans que celui-ci s'en offusque, car l'injonction est ici amicale, mais on parlera d'une personne particulièrement bête par « Qu'est-ce qu'il est con, alors ! ». Là, se retrouve le lieu commun de ce qui voudrait faire passer l'attrait féminin pour plus bête que  celui qui le convoite. Mais on plaindra une autre par « Il est bien couillon de s'être fait attraper » avec une trace de commisération dans la voix. En dérivé de la racine on peut se voir traiter de « counifle » ou de « cunèfle » si notre bêtise n'est pas aussi forte.
    Bien sûr, la richesse du langage coloré ne s'arrêtant pas là, on peut très bien être un « bestias » un « bestiou » un « innoucent »  ou, plus grave, un « fil dé puto » et s'entendre dire « Malfiso tu vas te faire empéguer par ce tcharreur » (Méfie-toi, tu vas te faire avoir par ce baratineur). Celui-ci pourra d'ailleurs être « con comme une armelle » (bride de sabot).
    Voilà pour ce qui est de ce chapitre particulier qui devait être traité car il est la pierre d'achoppement aux oreilles d'un non toulousain. On voit bien qu'il n'y a pas là de quoi fouetter un « cat ».
    La géographie locale n'échappe pas à la règle de confusion pour un non toulousain et si quelqu'un vous désigne le « Square Lafayette » pour le lieu de votre destination, vous pouvez chercher un moment car il s'agit de l'appellation de la Place Wilson depuis fort longtemps. Ne cherchez pas le « magasin du Capitole » qui sont en fait les Galeries Lafayette. Si quelqu'un vous attend à « la bascule », dans le quartier des Minimes, sachez que l'endroit, près du marché aux cochons et de la rue du caillou gris, désignait le pesage des camions et n'est plus signalé que par le nom d'un café qui s'y trouve. Ne vous demandez pas pourquoi le nouveau musée de la ville de Toulouse s'appelle « Les Abattoirs », et ne pensez pas qu'on y débite la culture en tranche.
    Pour ceux qui arrivent à s'y retrouver, ceux qui veulent se souvenir des mots de leur enfance, ceux qui veulent comparer les termes de leur région à ceux de Toulouse, pour les curieux, voici quelques mots et leur définition.
    Avant toute chose, et pour une prononciation correcte, il faut savoir que le "x" se transforme en "s" (une espérience) mais aussi en "tz" (etzeptionnel),  le "b" en "p" (un diaple, un cartaple), le "bs" en "s" (un oservateur, un ostacle).
    Le "e" muet se prononce systématiquement (parce que, j'aime , petite), les mots finissant par "in", "ain" doivent être accentués (le ving, le paing), la plupart des "r" se roulent, les "o" sont prononcés en "ô" (la Garonne, la Garônne), les "s" finaux se doublent ou s'enlèvent (Il y en a plu, c'est fini. Il y en a pluss, en quantité). On ajoutera "et" à un adjectif pour souligner son caractère agréable ou gentil (un pitchoun, un pitchounet) mais on mettra "as" pour le caractère désagréable ou légèrement péjoratif (un grandet, un grandas).
    Une fois maîtrisées ces quelques règles de base, « l'estranger » pourra alors savourer toutes les nuances du parler toulousain et sera adopté définitivement par la ville rose.

PETIT LEXIQUE TOULOUSAIN

________________  
Arranquer : arracher.Atal : exclamation marquant l'étonnement.
Baloche : fête populaire avec bal.Ba pla : ça va bien.
Barjaque : un peu fou.Bay : n'affecte pas le locuteur. « Bay, advienne que pourra ».
: é oh bé ! éh bé - Exclamation souvent réprobative.Bèbe : faire la bèbe, bouder.
Bietaze : exclamation servie à tout propos qui signifie « bite d'âne » et désigne l'aubergine mais n'a pas de sens outrancier dans le parler de tous les jours.Bougne : un coup, une gifle.
Bouléguer : remuer, mélanger.Branque : fou.
Brave : un peu bête. N'a pas le sens de gentil.  Buffer : souffler, souffle court.
Cagagne : gros ennuis. Ne pas confondre avec cagade.Capèl : chapeau.
Cluques : les lunettes.Cramer, cramat : brûler.
Dailler (faucher) : il me daille, il m'embête.Eh o !: interjections d'étonnements.
Ensuqué : être ennuyé par. Assomé, étourdi.Escaner (s') : s'étrangler.
Fadorle : quelqu'un d'un peu fou.Farci : en fait la farce, et non pas ce qui est farci.
Farnous : mal lavé, sale.Fénétra ou Férétra : fête foraine qui a lieu au début du Carême.
Friton ou graton : résidus de viande de porc ou de canard gras.Giscler : gicler
Gitane (gitous) : la méfiance populaire envers les gitans fait désigner ici quelqu'un de mal habillé, pas propre.Jès : abréviation de Jésus employée en exclamation.
Mascagner :  Battre, abimer, mal faire..Mèfle : interjection équivalente à « merde ! ».
Mirgue : petite souris.Mouscaille : être dans la mouscaille, avoir de gros ennuis.
Mousséguer : mordre.Nifler : renifler.
Pauvrot : pauvre dans le sens de malheureux.Peintre : bon à rien.
Un peu : morceau. « Donnez m'en un bon peu ».Poupous : seins
Poutou : un baiser.Poutounéjer : donner plein de baisers.
Quicom : de l'expression « Es quicòm aquò », c'est quelque chose.Rappelle-toi : n'a pas le sens de se souvenir mais plutôt « C'est quelque chose ! ».
Rascle : vieux vélo.Rifle : avant l'invasion du mot LOTO, on rifle dans les cafés à la période du premier de l'an.
Rouméguer : ronchonner.Ruque : avoir la ruque - Etre de mauvais poil.
Tataragne : araignée.Tchaper : manger abondamment, trop.
Tchuquer : sucer. S'emploie aussi à l'attention de quelqu'un qui boit trop « Qu'est ce qu'il tchuque ! ». : équivalent de « Tiens ! ».
Tèque : un coup. Recevoir une tèqueTranquilou : peinard.
Trougne : faire la trougne, faire la gueuleTute : abri du grillon. Petite maison sans confort.
Virouléjer  : Tournoyer, virevolter.
    On ne saurait parler de Toulouse et de son langage sans rappeler Catinou et Jacouti. Ces deux personnages, femme et mari égayèrent les auditeurs de la radio toulousaine d'après guerre pendant près de 20 ans ainsi que les lecteurs de la Dépêche du Midi par les chroniques et les incomparables dessins de Charles Mouly. Remarquablement interprétée par le comédien Dominique, la Catinou est le symbole même de cette joie de vivre, de ce franc-parler, de ces colères qui caractérisent le toulousain ou la toulousaine et plus largement les habitants du Midi.




Message Publicité 
PublicitéSupprimer les publicités ?


Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
mdr cimer lissit j'apprendré les mots Mort de Rire




_________________

"En Midi-Pyrénées, il y a autant de licenciés en football que de licenciés en Rugby dans tout le pays".
ELIE BAUP.
Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
ca ressemble vachement au marseillais  Razz




_________________
Toulousaine... dans ma tête Very Happy
Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
ah bon c est vrai je connais pas du tout



Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
c'est normal, le patois toulousain est issu de l'occitan et le patois marseillais vient du provençal, le provencal et l'occitan sont des langues d'oc donc elles ont les même racines... même si l'occitan s'inspire du basque et de l'espagnol à la base, le patois toulousain n'a pas gardé ce côté hispanique :\ donc ça ressemble beaucoup au marseillais, d'ailleurs certains mots sont carrément les mêmes (t'entendras souvent "boulègue" ou "fastaga" si tu viens à marseille ^^)




_________________
Toulousaine... dans ma tête Very Happy
Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
exacte je m en souvenais plus des mots que tu cites
sud en force Cool



Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
Oulà j'avais perdu ses mots depuis fort longtemps loool




_________________
MSN
Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
j'connais deja qques mots mais c'est bon de savoir le reste




_________________
Répondre en citant
Message le patoi toulousain 
cher nous on en utilise beaucoup de ces expresion!!lol




_________________
Visiter le site web du posteur
Message le patoi toulousain 


Montrer les messages depuis:
Répondre au sujet Page 1 sur 1
  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation